L’Aile Jeunesse du Bureau des orateurs de Passages Canada fait appel à des bénévoles âgés de moins de 40 ans, afin qu’ils communiquent le point de vue de leur génération sur l’identité, l’immigration et la citoyenneté. Leur témoignage porte sur des thèmes comme la signification de l’identité canadienne, l’immigration et l’adaptation à la société canadienne à un jeune âge, ainsi que l’évolution au sein d’une famille d’immigrants et d’une société multiculturelle.

Ambassadeurs jeunesse

Ces jeunes chefs de file serviront d’agents de liaison dans leur région. Ainsi, ils contribueront à l’expansion du programme Passages Canada.

Veuillez prendre note que d’autres ambassadeurs s’ajouteront à cette liste au cours des prochains mois. Si vous désirez saisir cette occasion, écrivez-nous à passages@historicacanada.ca.

 

Région de l’Atlantique

Soulafa photoCanadienne d’origine syrienne, SOULAFA Al-Abbasi habite à Halifax depuis 2003. Son prénom signifie « la meilleure gorgée d’un vieux vin » en arabe. Cette auteure publiée est titulaire d’une maîtrise en économie du développement de l’Université Dalhousie. En plus d’exercer les fonctions de spécialiste de l’emploi à Immigrant Settlement and Integration Services, Soulafa dirige le programme Immigration et diversité à FUSION Halifax (en anglais seulement).

Soulafa est remplie d’enthousiasme à l’idée de jouer le rôle d’ambassadrice jeunesse, car elle croit au pouvoir du témoignage. En fait, « Raconte-moi une histoire » compte parmi les phrases qui font partie de son vocabulaire courant.

 

Nikki Jafari photoNIKKI Jafari est la Directrice des opérations à Ariana Developments et prend part à nombre de manifestations communautaires. Chaque année, elle organise un salon professionnel international (en anglais seulement) et plusieurs autres événements, dont des collectes de fonds, des concerts et des activités communautaires.

Nikki est née en Iran, mais elle a grandi en Turquie et a immigré au Canada lorsqu’elle avait 10 ans. Elle se considère comme Iranienne, Turque et Canadienne. Toutefois, elle s’efforce de ne pas laisser les frontières la définir.

Nikki est ravie de jouer le rôle d’ambassadrice jeunesse. « Pour qu’un vrai changement se produise, il faut compter sur la participation de tous. On ne doit jamais sous-estimer le pouvoir qu’ont les jeunes de changer notre société. Si les enfants apprennent de leurs parents, ils peuvent aussi leur en remontrer », a-t-elle déclaré.

Région de l’ Ontario

Anthony Morgan photoANTHONY Morgan va passer le barreau en juin 2013. Anthony est profondément engagé envers la justice sociale, l’équité, l’action civique et le multiculturalisme. Il a occupé le poste d’adjoint à la recherche pour un juge siégeant à la Cour du Québec, ainsi qu’Adelle Blackett, professeure de droit à McGill. De plus, il a travaillé comme défenseur des droits civils au Centre de recherche-action sur les relations raciales de Montréal. En 2009‑2010, il a assumé la présidence de l’Association des étudiants noirs en droit du Canada.

Anthony s’intéresse activement aux affaires sociales et politiques afro-canadiennes, de même qu’à la politique ayant trait à la diaspora caribéenne. En février 2012, il comptait parmi les 12 lauréats du Mois de l’histoire des Noirs, désignés par la Table ronde du Mois de l’histoire des Noirs du Québec.

Mildred Jean-Paul photoMILDRED Jean-Paul est consultante aux Services financiers Groupe Investors. Elle se spécialise dans la planification financière pour les particuliers et les propriétaires de petites entreprises. Originaire de Montréal, elle a déménagé à Toronto pour y faire un stage et a choisi d’y demeurer afin de poursuivre sa carrière, lorsqu’une occasion intéressante s’est offerte à elle.

Elle est membre du conseil d’administration du Groupe professionnel haïtien de Toronto et du Collège Boréal. Dans ses temps libres, elle fait du bénévolat pour le programme des arts martiaux de son YMCA local. Elle s’entraîne pour obtenir son premier dan en taekwondo, à l’heure actuelle.

Mildred est ravie de jouer le rôle d’ambassadrice jeunesse, car elle veut promouvoir la diversité tout en mobilisant les jeunes immigrants et les Canadiens de première génération.

Aniqah Zohmi 2014ANIQAH Zowmi - En quittant le Sri Lanka, leur pays d’origine, les parents d’Aniqah ont tout laissé derrière eux pour lui offrir, ainsi qu’à leurs deux plus jeunes enfants, les chances de connaître une vie meilleure. Aniqah a eu du mal à unifier ses identités sri lankaise et canadienne. Les Sud‑Asiatiques servaient peu souvent de modèles de comportement dans les médias canadiens. Par conséquent, elle s’est résolue à devenir le modèle de rôle qu’elle cherchait depuis tant d’années.

Aniqah joue un rôle actif dans son milieu communautaire ainsi qu’à l’Université Brock, à St Catharines, où elle étudie les neurosciences. Elle a fondé BrockTalks, série de conférences mettant en vedette de jeunes leaders exceptionnels de sa collectivité. Elle a pris part à l’organisation d’une collecte de fonds pour la Société Alzheimer de la région de Niagara, qui a d’ailleurs permis d’amasser plus de 7 500 dollars. Par ailleurs, Aniqah travaille bénévolement comme intervenante d’urgence au centre de crise de Niagara. Elle se consacre actuellement à l’élaboration d’un programme de mentorat et de leadership communautaire destiné aux jeunes détenus et aux femmes fuyant la violence familiale. Grâce à son dévouement et à son engagement envers l’excellence, elle est devenue membre de la Brock Leaders Citizenship Society, titre décerné chaque année à un nombre variant de 10 à 15 étudiants du monde entier. Aniqah a également obtenu une bourse de recherche du CRSNG pour l’été 2014 : elle lui permettra d’étudier les effets des antioxydants sur l’être humain.

Région du Québec

Miguel-Ivan photo2MIGUEL-IVAN Barradas était journaliste et défenseur des droits humains au Mexique. Il a vécu des situations difficiles qui l’ont obligé à quitter son pays. Il est arrivé au Canada sous un statut temporaire, mais finalement est devenu résident permanent.

Miguel-Iván vient de créer sa propre entreprise à Montréal. Elle est vouée à promouvoir l’art et la culture du Québec et des Premières nations du Canada en Amérique latine. Il a récemment obtenu sa maîtrise en études hispaniques. Vous pouvez visionner une entrevue avec Miguel-Iván Barradas filmée en octobre 2012 par Passages Canada.

Prairies et Territoires

Ola Mohajer photoOLA Mohajer est originaire du Liban. Elle a immigré au Canada avec ses parents lorsqu’elle était très jeune. Comme étudiante à l’Université de Calgary, elle figurait parmi les leaders étudiants les plus dynamiques de son campus. En plus d’avoir fondé la cyberentreprise The Art of Islam (en anglais seulement). Elle était vice-présidente de l’Association canadienne pour les Nations Unies à Calgary jusqu’en 2013, et elle a travaillé au Centraide Canada de Calgary et sa région ainsi qu’aux Nations Unies.

Pour reconnaître ses contributions, Ola a récemment reçu le prix d’étudiant distingué du Centre des ressources des femmes de l’Université de Calgary. Elle a aussi reçu le Prix oécumenique d’excellence pour anciens en 2012. Ola est ravie d’être une Ambassadrice jeunesse parce qu’elle est passionnée par la compréhension interculturelle et l’empowerment. Elle croit que le rôle d’ambassadrice lui permettra de contribuer davantage et profondir ses liens à sa communauté.

Colombie-Britannique

SONY DSCSAMUEL Ramos est écrivain et rédacteur en chef. En plus d’avoir fait ses études en littérature anglaise à l’Université McMaster, il a obtenu un diplôme d’études supérieures en journalisme du University of King’s College. En ce moment, Samuel travaille pour le journal La Source. Ce journal communautaire publié en français et en anglais se consacre à promouvoir la diversité et l’interculturalisme, en jetant des ponts entre les nombreuses cultures et communautés ethniques de Vancouver. Samuel œuvre également au YWCA afin de promouvoir l’autonomisation des femmes, ainsi qu’un avenir meilleur pour elles-mêmes et leur famille.

Le rôle d’ambassadeur jeunesse le remplit d’enthousiasme, car la narration lui vient naturellement. De plus, l’histoire du Canada est en constante évolution: il vaut donc la peine de la raconter et de l’écouter. Samuel ne demande qu’à encourager les personnes de tous âges à contribuer non seulement à l’enrichissement de leur propre histoire, mais aussi à l’amélioration de la société canadienne.