Moussa Magassa

Pays d'origine:

Sénégal

Thèmes:

Immigration, Histoire des Noirs/Patrimoine africain, Racisme/Discrimination, Francophonie, Droits de la personne et justice sociale, Multiculturalisme et diversité, Adaptation à la vie au Canada

Photos:

  • Browse while you listen: images with relate to audio

Montrer/cacher le résumé


Biographie

Moussa travaille à l’Université de Victoria comme Éducateur en droits de la personne humaine (Human Rights Educator). Son objectif est d'améliorer la compréhension et l'engagement des administrateurs, du personnel, des professeurs et étudiants au respect des droits de la personne humaine et d'équité définis dans les politiques de l’université, avec le but final d'accroître la diversité et la création d’un environnement de travail juste et inclusive de tous. Moussa enseigne aussi de nombreux cours parmi lesquels: “Immigration and refugee studies: the Canadian context”; “Diversity in the multicultural society: Creating inclusive and welcoming workplaces, organisations and institutions”; etc.

Auparavant, Moussa a travaillé à l’Immigrant Services Society of BC comme le premier coordonnateur du programme d’intégration et d'adaptation pour immigrants and réfugiés francophones en milieu minoritaire. Moussa est aussi copropriétaire dans la firme de consultation Hille-Magassa et Associates spécialisée en recherche et formations en communication interculturelle; recruter, rétention et travailler effectivement avec la diversité. Moussa a facilité et coordonné, parmi d’autres, le forum sur la dualité linguistique et la diversité cultural pour le commissariat aux langues officielles; et la Co-médiation pour le développement et la mise sur pied du Centre Francophone pour l’Accueil des immigrants (Procureur général, C-B).

Il est le président de la Société Francophone de Victoria; conseiller à la Fédération des Francophones de la C-B; et aussi sur le Greater Victoria Police Diversity Committee.

Moussa a auparavant travaillé dans le domaine de l'analyse et la résolution des conflits, l’éducation à la paix, la non-violence et les droits de la personne.

Moussa est en train de compléter un PhD en Social Transformation, Human Rights Education and Peacebuilding. Il est déjà titulaire, entre autres, d'une M.A en Human Security and Peacebuilding et d’un BA (Hon) Conflict Resolution & Peace Studies

Moussa est né au Sénégal et parle plusieurs langues en plus de l'anglais et du français.

Histoire

Je m'appelle Moussa Magassa. Je suis originairement du Sénégal. J'ai quitté mon village Soniké [sic] quand j'avais 10 ans pour aller dans la capitale Dakar du Sénégal pour étudier.

Je suis devenu un immigrant reçu au Canada au mois de novembre 2001. Je venais alors de Johannesbourg, Afrique du Sud, où je vivais, étudiais et travaillais pour les six dernières années. En Afrique du Sud, j'étais appelé Makwerekwere. Ceci veut dire étranger. Ce mot est un mot discriminatoire et il constitue un violent leitmotiv pour des traitements xénophobiques que les Noirs immigrants originaires des pays africains reçoivent en Afrique du Sud - ces mêmes Africains à qui leur pays a donné nourriture et toit aux réfugiés sud-africains du temps de l'Apartheid. Quand vous êtes appelés Makwerekwere en Afrique du Sud, ceci veut dire plus qu'être un étranger. Ceci décrit aussi votre manque de considération par les Sud-Africains. En tant que Noirs étrangers en Afrique du Sud, vous pouvez être attaqués par les autres vendeurs au marché. Vous pouvez être ouvertement volés, attaqués, arrêtés et mis en prison par la police arbitrairement. Les immigrants noirs africains en Afrique du Sud ont besoin de vivre en tant que réfugiés ou demandeurs [inaudible] parce que le système sud-africain ne leur donne pas une chance de demander un autre statut d'immigration. J'ai vécu en Afrique du Sud en tant que réfugié... en tant que réfugié économique parce que je n'avais pas le choix.

Quand j'ai décidé de quitter l'Afrique du Sud pour le Canada, j'ai pensé que j'allais laisser derrière moi tous ces problèmes de discrimination, de xénophobie et de racisme. J'avais tort. Le multiculturalisme canadien ne soigne pas contre le racisme et la discrimination. Le multiculturalisme ne fait que simplement montrer d'un doigt la réalité de cette discrimination. J'aime beaucoup cette approche canadienne.