Oscar Alfonso Morales Diaz

Country of Origin:

Colombia

Photos:

  • Browse while you listen: images with relate to audio

show/hide audio synopsis

When Oscar Alfonso came to Canada, he went back to school to be able to work in Canada. He volunteered any chance he got, to obtain professional Canadian experience.


Story

Good morning. My name is Oscar Alfonso Morales Diaz . I was born in Bogota, Colombia, South America. Prior to immigrating to Canada, I completed my professional student’s in Law in 1995. Later, I obtained my Master’s in Administrative Law and Constitutional Law in the Catholic University in the summer of 2000.

When I was living in Colombia, I worked for the private industry and for the Colombian government. I arrived alone in Canada in the winter of 2000 during a heavy winter storm, I remember. The next day I arrived just outside of Montréal, Québec. My family stayed in Colombia. I was starting a new life here in Canada.

My French and my English were limited during my first year here. I decided to resume my studies so I could work in Canada. In 2001, the Quebec Provinicial Department of Relations With Citizens and Immigration recognized by Bachelor’s degree in law and my Master’s degree in Administration Law and Constitutional Law. I was happy.

In the fall of 2003 I received a Master’s degree in International Law and International politics from the Université de Quebec in Montreal. I never lost hope that one day I could work here and use my skills and experience to help immigrants in Canada. However, my lack of professional experience was a serious obstacle. I contacted various not-for-profit organizations and volunteered at various activities. Today, I still donate my time to the legal wing of Amnesty International, Canadian French section.

----

Bonjour. Mon nom est Oscar Alfonso Morales Diaz. Je suis né à Bogotá, Colombie, South Amérique. Avant d’immigrer au Canada, j’achevais mes études professionnelles en droit à l’Université Libre, à Bogotá, en 1995. Plus tard, j’ai obtenu ma maîtrise en droit administratif et constitutionnel à l’Université catholique à Bogotá. C’était l’été 2000.

J’ai travaillé pour l’industrie privée et pour le gouvernement colombien quand j’habitais à la Colombie. Je suis arrivé au Canada en décembre 2000 dans un hiver froid et dans une tempête de neige, je me souviens. Je me souviens de ça. Les officiers canadiens m’ont rencontré à l’aéroport de Dorval et m’ont donné des vêtements chauds et de chaleureux bienvenus. Le jour suivant, je suis arrivé à Saint-Hyacinthe, sur la rive sud de Montréal, Québec. J’ai resté surpris… pour un petit village. Puis j’ai commencé une nouvelle vie sans ma famille. Mon français et mon anglais étaient vraiment limités. Mais dans ma première année à Saint-Hyacinthe, j’ai étudié la langue française et je me suis lentement intégré à une nouvelle culture. J’ai décidé de afin de pouvoir travailler ici au Canada.

En 2001, le ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration du Québec a reconnu mes diplômes en droit et ma maîtrise en droit administratif et constitutionnel. À l’automne 2003, j’ai reçu un diplôme de maîtrise en droit international et politique internationale de l’Université du Québec à Montréal. Je n’ai jamais perdu l’espoir qu’un jour je pourrais travailler ici et de mettre toutes mes connaissances, mes qualifications et mes expériences pour aider les immigrants et les Canadiens. C’est mon manque d’expérience professionnelle était un obstacle sérieux. J’ai entré en contact avec plusieurs organisations non gouvernementales et j’ai participé dans diverses activités comme volontaire, comme bénévole.

Aujourd’hui, je donne toujours mon temps au Groupe des juristes d’amnistie internationale, la section canadienne francophone à Montréal, Québec. Et en 2003, j’ai travaillé en tant qu’assistant en recherche et développement international pour le cégep de Saint-Hyacinthe. Je me suis rendu au Guatemala avec neuf étudiants et un professeur pour faire deux projets de recherche. Le premier était sur l’adoption internationale et le deuxième projet sur les enfants de la rue. Aussi, j’ai coordonné un accord entre l’hôpital Hermano Pedro d’Antigua, Guatemala, et le Cégep de Saint-Hyacinthe. Par la suite, je me suis déplacé à Ottawa. Ça, c’est en août 2004. J’ai commencé à travailler en tant qu’adjoint législatif pour Monsieur Guy Côté, le député de Portneuf-Jacques-Cartier.

Aujourd’hui, mon expérience sur la Colline parlementaire m’a permis d’évaluer et de comprendre comment fonctionne le système gouvernemental canadien et d’y apporter des améliorations pour un meilleur pays. Comment est-ce que je me sens envers le Canada? J’éprouve différent sentiments. Quand je suis au Canada, je m’ennuie de mon pays et quand je visite la Colombie, je ressens la même chose au sujet du Canada puisque maintenant j’appartiens aux deux pays.